soutenir sans "coincer"

C'est un vrai défi au jardin. Comment soutenir les vivaces qui s'affaissent facilement sans les "coincer" dans des postures peu naturelles ?  Un commentaire judicieux de Philippe D., au bas du post d'hier, m'a donné envie de faire un focus sur cette question (....qui me préoccupe en ce moment).

DSC_0910.JPG

Les familiers des Anémones du Japon auront pu reconnaître, dans mon post d'hier, le port un peu particulier des plantes tuteurées ou soutenues.

DSC_0906.JPG

En effet, j'utilise pour certaines d'entre elles un "demi-arceau" (je ne sais pas comment le nommer) que je place du côté où elles penchent naturellement. Certaines y prennent appui, d'autres poussent à leur guise... ^^

DSC_0907.JPG

Ailleurs dans le jardin, j'ai  l'une ou l'autre grille plus ... heu, "contraignante". Mais que je n'utilise qu'avec parcimonie, tant elles rendent le port des plantes "guindé" ! Bien sûr, il faut veiller à ne pas placer les grilles trop haut, pour garder de la souplesse...

DSC_0924.JPG

Bon, ceci dit, pour les euphorbes qui se couchent littéralement sur les crocosmias,  qui à leur tour recouvrent les benoîtes, là il va falloir que je trouve impérativement une solution pour l'an prochain ^^

DSC_0921.JPG

Le plus "naturel" serait probablement de le faire avec des fines branches, comme je l'ai vu en Angleterre... Ci-dessous, deux photos prises à Sissinghurst (en mai 2007).

IMG_2940.JPG

Bien entendu le dispositif est à adapter à la plante qui doit être soutenue.

IMG_2999.JPG

Ou encore ci-dessous à Wisley (juillet 2008)

IMG_7299.JPG

IMG_7300.JPG

Mais j'ai vu aussi -dans les jardins visités cet été- des grillages plastifiés, à larges mailles, posés comme en tunnel sur les plantes,  être tout à fait recouverts par celles-ci.  Ni vu, ni connu, très efficace.

Je me demande ce qui conviendrait le mieux aux demoiselles  euphorbe et crocosmia... J'y réfléchis ^^

 DSC_0922.JPG

 

Belle semaine à vous !

Silène

Commentaires

  • C'est vrai que j'ai le même problème (et en prime, un mari qui tond tout ce qui déborde et se couche sur la pelouse..., je dois être vigilante si je veux sauver mes fleurs^^). Perso, je garde les branchages des arbustes que je taille (noisetiers, ou amélanchiers, très ramifiés naturellement, conviennent bien et soutiennent par ex. un grand Aster Little Carlow, au port souple, qui croulerait sinon sous la multitude de ses fleurs...).Une tige de bambou , souple, attachée à l'horizontale à deux tuteurs (fers à béton), est une bonne idée aussi...Mais on cherche toujours d'autres bonnes idées! Merci pour ce sujet!

  • J'utilise comme toi ces arceaux (de différentes hauteurs) en dépannage plutôt. L'année prochaine, je comptais essayer une grille sur la campanule Swannables (complètement avachie à terre) . Lorsqu'il y a une seule grande tige à soutenir (cela peut arriver) les tuteurs Camerius de Botanique éditions sont à mon sens très pratiques et durables. J'en ai tout un stock avec les années car je les utilise à tout bout de champ : pour marquer provisoirement un jeune plant invisible au milieu d'un massif, redresser dans la bonne direction la tige d'un arbuste, localiser une souche dans la prairie à faucher, indiquer un jeune semis récemment transplanté à ne pas oublier (d'arroser). Un grand merci à toi : tes photos prises en Angleterre sont de très précieuses idées.

  • Dans le jardin des dahlias, à Bredene (côte belge), les plantes poussent à travers un "fil à poules" qui devient vite invisible. J'ai testé dans mon jardin. Pour les dahlias, ça fonctionne bien à condition de mettre les plantes à la queue leu leu.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel